Hunting is Coming
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Heaven Cook
The devil wears prada... What about me ? REC's of Runway,that's all...
avatar

Nombre de messages : 52
Age : 25
Emploi/loisirs : Redactrice en chef de Runway Amérique
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Pouvoir:
Travail: Redactrice en chef du plus grande magasine de mode du monde : Runway

MessageSujet: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   Mer 15 Avr - 19:56

    Une dure journée veniat d'avoir lieu et une nuit tout aussi pénible s'annonçait... Pourquoi donc Heaven Cook était-elle entourée de sombres idiotes et d'incapables ? C'est ce qu'elle se demandait au moment même ou elle composait le numéro de Meryem. Fort heureusement, sa soeur avait toujours était là pour elle dans les moment les plus durs. Après avoir attendu que sa jumelle décroche, non avec une certaine impatience, elle lui expliqua qu'elle n'était pas en mesure de faire à manger à Luna et qu'elle devait donc la faire manger et la ramener par la suite en la couchant. Après avoir raccroché, elle soupira, se massa les tempes quelques instants et téléphona à Alexis. Lui aussi méritait d'être prévenu.

    Enfin, elle reposa son attention sur le book posé devant elle. Le travail fourni était vraiment décevant et elle préfèrait encore corriger le tir dans son bureau que chez elle. Elle était seule, dans son bureau blanc au longues baies vitrées. Seule la lumière du bureau éclairait la pièce. Regardant avec minutie chaques photos, chaques articles, elle y apportait ses impressions personnelles, raturant au passage ce qui méritait de l'être. Runway fermait peu à peu ses portes, laissant les derniers employés partir enfin se reposant avant une nouvelle journée infernale. Cassandra s'avança lentement dans le bureau d'Heaven et, quelque peu gênée, elle finit par demander timidement :


    Vous désirez encore quelque chose Heaven ou je peux disposer ?

    Lentement, la rédactrice en chef leva les yeux de son oeuvre et toisa la pauvre assistante avec froideur. Elle réfléchit quelques instants avant de répondre :

    Oui ! Un nouveau café, demi-écremé, sucré. Demandez également à ce qu'il y rajoute une pointe de cacao. Enfin, téléphonez à Marta pour demander si Luna est bien rentrée. Quand vous aurez fait tout ceci et que mon café sera sur mon bureau, vous pourrez partir. C'est tout.

    Après quoi, l'assistante se pressa de partir. Au bout de 5 minutes, elle était revenue avec le café et confirma bien la présence de sa fille chez elle. Enfin, elle souhaita une bonne soirée à sa patronne, ce à quoi, Heaven ne répondit rien. Quelques minutes après, elle était finalement seule dans tout Runway. Sirotant son café, elle continuait sa tâche sans relâche. Ses bons-à-rien auraient de ses nouvelles dès le lendemain ! Avec le travail à y fournir, elle en avait au moins pour une bonne partie de la nuit. Elle savait parfaitement qu'Alexis attendrait patiemment mais tout de même, elle était là pour superviser, pas pour réparer les nombreuses erreurs commises. Des nouvelles idées avait été apportées au magasine. Un article serait essentiellement consacré aux 4 saisons, ce à quoi ses imbéciles d'employé avait trouvé la brillante idée de mettre les mannequins d'hiver dans des boules à neiges, ceux de printemps devraient porter des chapeaux-fleurs, l'été serait affiché par des femmes en haute couture au milieu d'une piscine ou au bord de la mer et enfin, on placerait les filles aux milieu de feuilles mortes qu'elles se lanceraient à la figure pour l'automne. Autant dire que c'étaient des idées de génies ! Du jamais vu ! C'est vrai ! De la neige pour l'hiver, des fleurs pour le printemps, la mer pour l'été et enfin les feuilles mortes pour l'automne... qu'elle originalité !! Devant tant de bêtise, Heaven secoua la tête et ratura tout.

    Soudain, elle entendit du bruit. Relevant la tête, elle fronça les sourcils. Elle se leva lentement, laissant apparaître sa tenue au grand jour. Elle portait son ensemble Armani ce jour-là
    Spoiler:
     

    et elle se tenait avec élégance sur ses Manolo Blahnik :

    Spoiler:
     

    Avec calme et douceur, elle contourna son long bureau transparent tout en inclinant la tête vers l'antichambre et en frôlant la table du bout des doigts. Quelque chose ne tournait pas rond. Si c'était l'une de ses assistante, elles auraient djà prévenue de leur présence et les autres employés n'aboutissait que dans cette partie de l'établissement quand ils devaient parler à Heaven ou aux deux assistantes. Toujours avec calme, elle libéra enfin le bureau de son emprise et se dirigea vers la sortie de son bureau avec classe et la démarche assurée. Arrivée dans l'antichambre où se dressaient les deux bureaux de ses assistantes, elle regarda autour d'elle, se dirigea vers la petite cuisine : personne. Comme cela était-il possible. Croyant aux hallucinations de la fatigue, elle se massa de nouveaux les tempes, tout en fermant les yeux et respirant. Enfin, elle se dirigea de nouveau vers son bureau.

    A peine avait-elle fait 4 pas après avoir passé la porte qu'elle se stoppa net. Elle devisageait le bureau en face d'elle. Quelqu'un était assis dans son fauteuil. La peur l'envahit alors. Ce n'était pas la peur qu'elle avait longuement ressentit quand Miranda l'appelait dans son bureau pour lui demander de faire son job d'assistante... non... c'était une véritable peur. Un agent de la SWAT ? Elle y pensa une fraction de secondes mais elle se rapella bien rapidement que ce n'était leur manière d'agir. Enfin, elle comprit à qui elle avait affaire. Lui, Sylar. Mais pourquoi ? Que voulait-il ? Son pouvoir ? Assurément. Elle ne voyait pas pour quel autre raison il pourrait être ici... La peur la perdait soudain, aussi étrange que ça puissait parraître, elle regagnait lentement son calme... Enfin, d'une voix claire, posée et courtoise elle l'interpella :


    Monsieur Sylar... Je me demandais vraiment quand est-ce que vous rendriez visite. Je ne m'attendais tout de même pas à vous voir ce soir, j'ai une maquette à finir. Mais enfin bon, vous êtes là à présent, je ne vais pas vous demander de sortir. Ce ne serait pas très poli de ma part. Désirez-vous quelque chose à boire avant que nous parlions enfin de la raison que vous avez de venir ici en pleine nuit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylar
It's only after we've lost everything that we're free to do anything
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: Environ 35 ans
Pouvoir:
Travail: Serial Killer

MessageSujet: Re: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   Mer 15 Avr - 21:43

Après son entretien avec Kerry, Sylar était plus que jamais déterminé à retrouver les agents du gouvernements qui bossaient pour ce programme sanglant qui consistait à arrêter ou tuer tous les êtres dotés de pouvoirs. Programme gouvernemental à l'origine de la mort de son jeune fils Noah, et de sa réapparition dans les rues de New York, à la recherche de vengeance et de pouvoirs. C'est d'ailleurs dans les rues de la ville qui ne dort jamais que le serial killer s'était stoppé cette après midi là, devant la vitrine d'un kiosque. Il lui fallait des informations, et le plus souvent les grands chefs de magasine ont accès à des données auxquels lui n'auraient jamais accès. Il fallait trouver le ou la plus douée. En feuilletant le Runway, magasine habituellement réservé à la mode, il tomba dans la petite page de faits divers un article qui lui était consacré. Lui qui pensait que le massacre à Odessa n'avait été publié que dans un journal local, il s'était manifestement trompé. Mais pourquoi diable un magasine de mode s'intéresserait-il à une histoire de meurtre ? Bon c'est un fait divers d'accord, mais quand même, dans un torchon pour femmes anorexiques ... Bref, Sylar aurait les réponses à ses questions sur place.

Il attendit que la nuit fut tombée, et se glissa dans la bâtiment. Avec son pouvoir d'illusion il se rendit invisible, et passa ainsi furtivement devant les derniers employés. Il commença à fouiller dans les tiroirs et les classeurs, lorsqu'il en heurta violemment un qui tomba au sol dans un bruit sourd. Son ouïe surdéveloppée lui indiqua alors que quelqu'un l'avait entendu, des bruits de pas se rapprochant. Il coupa la lumière, et regarda d'où cette personne venait. Elle sortit du bureau de la rédactrice en chef, la patronne. C'était parfait. Elle jeta un regard dans sa direction, mais l'obscurité le masque et eut vite fait de la décourager. Elle retourna dans son bureau, et se stoppa net lorsqu'elle vit que Sylar l'avait précédé, il s'était déjà confortablement installé dans son fauteuil. Sa première réaction fut la plus logique, la peur de l'inconnu. Elle tentait de dévisager l'intrus, mais elle mit un certain temps avant de le reconnaître. Et c'est une fois qu'elle l'avait identifié que bizarrement elle se calma.


Monsieur Sylar... Je me demandais vraiment quand est-ce que vous rendriez visite. Je ne m'attendais tout de même pas à vous voir ce soir, j'ai une maquette à finir. Mais enfin bon, vous êtes là à présent, je ne vais pas vous demander de sortir. Ce ne serait pas très poli de ma part. Désirez-vous quelque chose à boire avant que nous parlions enfin de la raison que vous avez de venir ici en pleine nuit ?

Il s'amusa à pivoter plusieurs fois sur sa chaise tournante, non désireux de rompre le silence qui l'avait accompagné. Finalement il jeta le magasine qu'il avait apporté sur le bureau, et par télékinésie l'ouvrit et fit défiler les pages jusqu'à l'article en question. Ce n'est que là qu'il prit la parole, de cette voix qui semblait mêlé d'un écho démoniaque et qui ne le quittait plus

" Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais publier un tel massacre entre Bianca Foulon et Hollee Dion, je trouve ça plutôt insolite. Peu importe. Cela fait 4 ans que j'ai disparu de la circulation et il aura suffit d'un petit groupe du SWAT pour que les rumeurs se remettent à fuser. Vous alimentez la rumeur, j'apprécie cela, vous faites ma pub. Mais ce n'est pas pour vous remercier que je suis là, après tout vous ne faites que jeter de l'huile sur un feu sans danger, car je n'ai pas l'intention de m'en reprendre aux humains sans pouvoirs. Et vous avez raison de ne pas me craindre, car si vous faites ce que je vous demande je ne vous prendrais pas non plus votre pouvoir. "

Il se leva du fauteuil et alluma la grande lumière de la salle d'un geste de la main.

" Vous êtes Heaven Cook, rédactrice en chef. Enchanté, merci pour la proposition mais j'ai déjà bu un café en vous attendant tout à l'heure. Passons tout de suite au vif du sujet. Votre statut vous donne certains accès, j'ai besoin de tous vos codes d'accès, mots de passe, clefs, carte magnétique, empreinte digitale et tout le tremblement. Je recherche certaines informations sur certains membres du gouvernement et vous allez m'aider à y avoir accès. "

Il lui tourna le dos et s'avança vers les classeurs qui étaient rangés dans le bureau.

" J'ai déjà piquer deux ou trois dossiers que vous avez publié et qui me semble fort intéressant, d'ailleurs si ... "

Il se stoppa net lorsqu'il tomba nez à nez avec une photo qui était posée sur le rebord de fenêtre blanc, juste à côté de lui. Heaven y enlaçait un ami à elle, peut être son conjoint. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu, mais Sylar n'eut aucun mal à le reconnaître.

" Tiens tiens ... Que le monde est petit. "

Dit-il en prenant la photo et en la montrant à Heaven.

" Cet homme, Alexis Kane, je veux le voir. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven Cook
The devil wears prada... What about me ? REC's of Runway,that's all...
avatar

Nombre de messages : 52
Age : 25
Emploi/loisirs : Redactrice en chef de Runway Amérique
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Pouvoir:
Travail: Redactrice en chef du plus grande magasine de mode du monde : Runway

MessageSujet: Re: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   Dim 19 Avr - 17:13

    Un petit silence suivit la réplique de la rédactrice en chef. Sylar n'était pas décidé à le briser et Heaven était bien décidée à tenir tête à l'homme. Jamais elle ne capitulerais devant lui. Elle ne serait pas de ses personnes qui pleurent devant leur tuer tout en les suppliants de les épargner, non. Chacun meurt un jour. Si son heure était venue, elle ne tenterais pas de lui échapper. Après tout, le tableau était plaisant. Elle mourrait là, dans l'immeuble tant convoité, dans le bureau tant désiré. Elle mourrait peut-être seule mais après tout... qui ne meurt pas seul ? Elle serait là où elle avait toujours rêvé d'être. Dans l'immeuble de verre de Runway, tout en haut, dans le bureau de la rédactrice en chef qu'elle était. En somme, elle mourrait tout au sommet de sa gloire. Qui ne rêve pas d'une aussi belle mort ? L'idée de solitude était bien petite par rapport à cette pensée. Après tout, elle avait toujours vécu plus ou moins seule, pourquoi ne pas mourir dans la même situation au lieu d'être entourée d'hypocrite la pleurant, lui promettant de ne jamais l'oublier ? Non. Dans la vie, on se fait seul et on meurt de la même manière. Sa dernière heure, on la fait toujours seul, seul avec soi-même, à la hauteur de sa grandeur et de ses erreurs.

    Malgré cette pensée, si jamais Sylar décidait de la tuer, elle ne se laisserait pas faire non plus. Elle ne voulait pas qu'il croit qu'elle était l'une de ses femmes facile à abattre, oh que non. Elle se défendrait jusqu'au bout, la tête haute et peu importe le résultat. Tandis que l'homme restait assis confortablement dans le fauteuil directorial, s'amusant à tournoyer. Heaven resta debout, les mains jointes, fixant Sylar avec intêret. Puis il lança lourdement un magasine sur la table et en fit tournoyer les pages par télékinésie. Ne voyant toujours pas où il voulait en venir, elle entreprit d'observer l'objet. Cela ne faisait aucun doute que c'était un magasine et aussi gros que celui-là, cela ne pouvait être que Runway. Quel était donc son but ? Il voulait commander l'un des costumes Valentino de cette saison ? Cette pensée fit sourire la rédactrice en chef. Enfin, il prit la parole, après avoir cesser de tourner les pages du bouquin. Il lui parla d'un article... un article qui n'avait rien à voir avec la mode et qui n'était pas connu d'Heaven. La jeune femme fronça quelques peu les sourcils et s'approcha avec douceur du bureau. Ses sourcils redevinrent lisses tandis qu'elle ne lachait aucunement Sylar des yeux. D'un geste vif, elle attrapa le magasine, le posa en équilibre sur sa main libre et le referma de l'autre tout en gardant la page annoncée par l'homme. Enfin, elle décola ses yeux du tueur et le posa sur la couverture. C'était bien le dernier Runway. C'est alors qu'elle se rendit compte qu'elle avait regarder l'homme avec le même regard froid et calculateur qu'elle lançait à tout ses employés. Chassant rapidement cette pensée, elle revint à la page de l'article ennoncé et se mit à le parcourir. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle jettait le magasine sur le bureau, juste devant elle et reposa son attention sur l'homme ses yeux bleus et perçants dans ceux bruns du tueur. Elle posa une main dessus, le bout des doigts bien aggripé aux pages tandis que la paume restait en suspension puis elle retourna le livre et le repoussa vers Sylar de façon à le remettre dans l'ordre de lecture de l'individu, le poussant à reprendre ce qui lui appartenait. Elle reprit la parole :


    Je suis ravie de voir que vous appreciez le geste monsieur Sylar et je comprend bien que vous n'êtes pas là que pour me remercier. D'ailleurs, je ne les accepterais pas puisque je ne prend pas le mérite des autres. En observant en détail l'article, vous pouvez voir qu'il en dernière page du magasine et si vous aviez pris la peine d'en feuilleter d'autres, vous vous serez apperçut sans mal qu'il est dans tous les magasines de la région. Je suis ravie de voir que nous partageons le même avis sur l'article. Totalement insolite en effet de le coller dans un magasine de mode. Mais le gouvrenement a insister sur cette tâche. Il veut mettre le pays au courant de votre retour et je n'ai pas eu mon mot à y dire, ce qui me déplait totalement. Enfin bon, maintenant il est publié et vous êtes devant moi... Il est inutile de me préciser que vous ne vous en predrez sûrement pas à des simples humains, je le comprend très bien. Ce que vous voulez après tout, ce sont nos pouvoirs... vous ne tuez que pour ça. A quoi bon assassiner des gens qui ne valent pas le coup ? On se salit les mains et on perd du temps. Mais il est inutile d'apporter cette précision au gouvernement, ils n'écoutent jamais.

    Après ces quelques paroles, Heaven vit l'homme se lever et elle le suivit des yeux. D'un seul geste, il illumina entièrement le bureau. la lumière éclaboussa les murs blancs, les cadres contenant des photos de mannequins, des miroirs et les étagères contenant de nombreux classeurs et autres fichiers. Sylar repris la parole, lui faisait comprendre qui la connaissait. La remarque ne la surpris pas plus que ça... Qui ne la connaissait pas après tout ? Elle était à la tête d'un magasine mondialement connu et chaque pays avait le sien. Malgré tout cela, même les rédacteurs des autres pays semblaient la vénérer et la voir au dessus d'eux. Elle avait d'ailleurs été élue la femme la plus influente de cette année. La suite la fit simplement sourire. Il désirait plusieurs informations, plusieurs documents et mots de passe. Il lui demandait, ou ordonnait, son aide. Alors qu'il lui tournait le dos pour la première fois, faisant ballader son regard parmis les classeurs, Heaven se remit derrière son bureau et s'installa à son tour sur son fauteuil, les jambes croisées, droites, la tête haute, une main sur l'acoudoir, l'autre sur le bureau. Elle commença son analyse tandis que Sylar voguait à travers les documents. Les arts martiaux disait toujours qu'il fallait autant connaître son ennemi et soi-même. Se connaître pour savoir ses limites, connaîtres l'ennemi pour savoir quoi faire. Et connaître, savoir, comprendre, c'était son rayon. Il avait parlé de son pouvoir, à elle, ainsi donc était-il déjà au courant. Il sembalit qu'il pouvait aussi comprendre comment les choses fonctionnaient de l'intérieur. Un mécanisme ou un bruit semblait lui dire qui avait ou non un pouvoir. Son don originel s'accompagnait d'une faim impressionante le poussant au pire des meurtres afin de collectionner le plus de facultés. Il semblait endurcit... endurcit par la mort de quelqu'un... il avait également était absent pendant 4 ans et il sembalit qu'il y avait une partie de lui qui était partie avec le défunt.. la fibre paternel... l'homme avait-il été papa ? Cela était plus que probable...

    Elle fut subitment interrompu dans son analyse par sa cible. Il sembalit avoir remarquer quelque chose de très interessant. Sur le rebord de la fenêtre... Il n'y avait rien sur le rebord de la fenêtre, absolument rien à part une photo. Une photo de...


    * Oh non... *

    Sylar se retourna et lui montra la photo. Elle avait était prise juste après leur retrouvaille après la mort de son mari. Elle enlacé Kane amoureusement. Elle se souvenait de ce jour comme si c'était hier. Le ténèbreux avait fait la connaissance de sa fille et c'était même la petite Luna qui avait pris la photo. Sylar voulait le voir. Elle ne pouvait plus détacher ses yeux de la photo et elle sentait son coeur battre à tout rompre. Inconsciemment, elle lacha dans un murmure :

    Alexis...

    Il n'avait pas le droit de faire ça. Non. Il pouvait demander ce qu'il voulait d'Heaven. Il pouvait même la tuer. Mais il ne pouvait lui demander de condamner l'une des seules personnes à avoir donné un sens à la vie d'Heaven. Il y en avait eu si peu. Lucie, celle qui luia vait fait connaître la passion de la mode. Helena, sa mère adoptive. Meryem, sa soeur jumelle. Luna, sa fille. Et Alexis, son compagnon et père de son enfant. Ca n'était pas non plus jsute pour Luna... Elle avait déjà perdu un père de remplacement, elle ne pouvait pas perdre son père. Le visage dur et froid, elle se leva, s'approcha de Sylar relativement près, le fixa droit dans les yeux et lui arracha la photo des mains.

    C'est donc à cet instant de l'entretient que nous avons un problème, monsieur Sylar. Je ne vous donnerez aucun mot de passe, aucun document et je vous liverez encore moins Alexis Kane. Tous les documents se trouvant ici sont des sujets de mode. Je ne vois pas en quoi ça pourrait vous interesser. Ce n'est pas parce que je connais énormément de personnes au gouvernement que je garde tous leurs fichiers. Si vous voulez voir Alexis Kane, vous le recherchez de vous même. Jamais je ne vous l'ammènerais. Vous avez réussi à me trouver, je pense que vous pourrez faire de même avec Alexis. Suis-je assez claire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylar
It's only after we've lost everything that we're free to do anything
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: Environ 35 ans
Pouvoir:
Travail: Serial Killer

MessageSujet: Re: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   Mar 21 Avr - 2:10

C'est donc à cet instant de l'entretient que nous avons un problème, monsieur Sylar. Je ne vous donnerez aucun mot de passe, aucun document et je vous liverez encore moins Alexis Kane. Tous les documents se trouvant ici sont des sujets de mode. Je ne vois pas en quoi ça pourrait vous interesser. Ce n'est pas parce que je connais énormément de personnes au gouvernement que je garde tous leurs fichiers. Si vous voulez voir Alexis Kane, vous le recherchez de vous même. Jamais je ne vous l'ammènerais. Vous avez réussi à me trouver, je pense que vous pourrez faire de même avec Alexis. Suis-je assez claire ?

La réponse fut longue, mais sa conclusion brève. Le ton employé était assuré, hautain, sans crainte. A l'évidence, Heaven savait rester calme, mais aveuglée par sa propre assurance. Réalisait-elle vraiment qui était en face d'elle ?? Comment pouvait-elle se montrer si nonchalante avec Sylar, celui qui avait tué tant de gens sans éprouvé le moindre remord. Il baissa la tête en fermant les yeux, tentant de préserver lui aussi son calme le plus longtemps possible face à tant d'irrespect. Une réaction violente était de mise, mais pourquoi tenté le bluff alors qu'on a encore une bonne carte en main.

" Alexis Kane est l'homme responsable de la mort de mon fils. Alors croyez moi quand je vous dis que je n'hésiterais pas à vous tuer si vous refusez de m'aider à le trouver. Je ne peux rien vous promettre en échange, je le connais pour lui avoir appris pas mal de choses. Il ne renoncera pas, et je ne peux pas lui laisser la vie. En revanche, vous, vous avez encore tout devant vous, tout à accomplir. Ne gâchez pas toute votre existence pour cet homme aussi sombre que l'est son pouvoir. Il est au moins aussi dangereux que moi, et ses mains sont elles aussi tâchées du sang n'innocentes personnes. "

L'argument était avancé, Heaven savait-elle tout d'Alexis ? Ou est-ce que Sylar venait de lui faire des révélations qui étaient inédites pour la jeune rédactrice en chef. Il fallait quelque chose d'un peu plus percutant, et surtout de moins pacifiste. A l'aide de sa télépathie, le tueur s'immisça dans les pensées d'Heaven, et chercha le nom de la personne sur qui il aurait le plus de pression.

* Alexis, son compagnon et père de son enfant *

Voilà qui expliquait bien des choses, elle et Alexis avaient un enfant tous les deux. Il y a quelques jours menacer un enfant lui aurait semblé la pire des choses, mais aujourd'hui Sylar n'avait plus rien à perdre, il avait déjà tout perdu, il était maintenant libre de tout. Les choses que l'on possède finissent par nous posséder, alors l'homme qui ne possède rien connaît la liberté totale.


" Ou peut-être préférez vous avoir la vie sauve, au détriment de celle de votre fille ... Luna, c'est bien ça ? "

Il arbora un petit sourire sadique.

" Personne n'a de secrets pour moi. Et croyez moi, quand on a enfoncer ses doigts dans le corps inerte et ensanglanté de son propre enfant, on est prêt à faire subir n'importe quoi à n'importe qui. Comprenez que je ne bluff pas, je n'hésiterais pas une seconde à vous envoyer la tête de votre fille dans un carton si je savais que ça permettrait de venger mon fils. "

Il ne quittait pas son sourire, et lisait avec délectation toute la colère qui se dessinait en Heaven.


" Alors qu'est-ce qui est le plus important ? La vie de votre fille ou celle d'Alexis ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven Cook
The devil wears prada... What about me ? REC's of Runway,that's all...
avatar

Nombre de messages : 52
Age : 25
Emploi/loisirs : Redactrice en chef de Runway Amérique
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Pouvoir:
Travail: Redactrice en chef du plus grande magasine de mode du monde : Runway

MessageSujet: Re: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   Mer 6 Mai - 22:12

    Elle continua de toiser l'homme tout en reposant brusquement la photo à sa place. Une très petit silence s'était installé mais l'homme reprit rapidement ses paroles empoisonnées. Sa première tirade causa un énorme choc à la rédactrice en chef. La douleur et l'également était tel à un coup de genoux dans le ventre. Elle ne pouvait plus respirer, ses pensées étaient floues et la douleur s'installait lentement, prenant tout son temps, dévorant chaque morceau de muscle ou de chair au passage. Elle avait vu juste. Sylar avait vu son fils mourir devant lui. Ce qu'elle n'avait pas prévu en revanche, c'est que son propre companion soit mêlé à cette hsitoire. Comment était-ce possible ? Il mentait, il n'y avait pas d'autre moyen. Après une rapidement analyse, elle comprit à contre-coeur que la nouvelle de Sylar était tout ce qu'il y avait de plus authentique. Mais comment, avec son don, avait-elle put passer à côté et comment Alexis osait-il lui mentir de la sorte ? A chaque fois qu'elle tentait de réflécir sur la condition de Kane, ses pensées étaient obscurcie par une sorte de voile immatériel. Elle comprit soudain de quoi il en resultait. Droguée. Elle était droguée par l'homme à qui elle avait confié presque sa vie. Elle avait une nouvelle fois fait confiance et elle le payait le prix le plus cher. Elle refusait de comprendre ou d'entendre même la bonne raison de son traître de companion. Elle refusait tout simplement de le revoir. Il était celui qui l'avait le plus salit et jamais elle ne lui pardonnerait. Comment avait-il put ? Et comment ELLE, avait-elle put vivre avec un monstre pareil ? Tuant sans vergogne de pauvres innocents ? Un enfant bon sang ! Un enfant ! N'avait-il même pas pensé à l'idée que ce petit garçon puisse être sa petite fille ? Y avait-il pensé à ceci ?

    Elle perdait totalement les pédales. Elle oubliait Sylar et se foutait éperdument de ce qu'il fichait ici, ce qu'il lui voulait et si elle devait mourir de ses mains. Qu'il la tue si l'envie lui en prenait ! Après tout, c'était peut-être le moyen le plus sûr et le plus radical d'abréger ses souffrances, qui sait ? Tellement absorbée dans ses pensées, elle en oublia même les capacités de l'homme qui se trouvait en face d'elle et ne vit même pas qu'il entrait dans ses pensées. La douleur était bien trop forte. Elle ne pleurait pas, elle ne tremblait pas de rage. A vrai dire, elle était impassible mais le feu de la rage et de la souffrance brulait tout de même dans ses poumons. Soudain, un mot la fit revenir à la raison. Un seul mot de sa nouvelle phrase. Un. Court. Simple. Un prénom de 4 lettre. Celui de sa fille. Celui de son ange. Luna. Elle reprit subitement interêt à la conversation qui se déroulait et Sylar avança l'hyothèse de tuer sa fille à sa place. Incapable de se retenir plus, la rage se dessinait sur le visage de la bonde tandis que le sourire sadique gagnait celui de l'assassin.
    Il avait vu des gens achever son fils et aujourd'hui, il cherchait à le vanger, preuve qu'il ,n'était pas guéri de la blessure profonde qu'on avait infligé à son coeur. Alors comment pouvait-il tuer l'enfant d'une femme sachant la douleur qu'éprouvait un père dans pareille condition. La réponse était simple. Il avait tout perdu, même le peu de coeur qui lui restait. Et quand on perd tout, on tente tout car après tout, plus rien est à perdre. L'image de la tête de sa fille dans un carton passa dans son esprit et s'y encra profondément. Une image choc, qui ne sortirait pas de si tôt. Et tandis qu'elle voyait le carton se rougir du sang de Luna dans son esprit, Sylar lui posa la question fatale. La réponse fut immédiate. Elle quelques secondes, sa main droite qui était pour l'instant logée le long de son corps était à présent en train de ventre l'air. Elle vint s'écraser avec fluidité sur la joue de Sylar dans un claquement sonore. La giffle avait était violente et puissante. La couleur rouge empourprée d'ors et déjà la joue de l'homme. S'il n'avait plus rien à perdre, elle non plus, seule dans ce bureau. Peu importe qu'il lui ouvre le cerveau, la projette contre un mur ou la balance par la baie vitrée, l'envoyant donc valser et s'écrasant sur le trottoire plus de 30m plus bas. Si cela pouvait lui remettre les idées en place à propos du traître ou au moins la sauver d'un desespoir grandissant. Tandis que le criminel restait abasourdis devant le geste d'Heaven, elle en profita pour dire ces mots, durs, glacials mais contrôlé :


    Vous apprendrez que l'on ne parle jamais de la mort d'un enfant devant sa mère. Vous êtes déjà passé par là, vous savez ce qu'on éprouve non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexis Kane
~The Reaper is always just a step behind me...~
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 30
Date d'inscription : 21/11/2008

Feuille de personnage
Age: 30
Pouvoir:
Travail: Membre du gouvernement

MessageSujet: Re: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   Jeu 21 Mai - 10:23


~ Show me how to lie... You're getting better all the time... And turning all against the one
is an art that’s hard to teach... ~






Toujours aussi noir, toujours aussi sombre, la nuit était d'une beauté incomprise. Si douce, si élégante, si parfaite, comment on ne pouvait l'apprécier? L'opposé d'une dure réalité, personne n'était prêt à l'accepter mais pourtant, pourtant dans tout ce désespoir d'un monde sans gloire, il y avait cet homme, cette créature qui avait pris la décision d'adopter une méthode de vie que tout redoutait. Qui donc voudrait bien avoir la nuit éternelle comme compagnon de route? Qui donc voudrait bien voir les ténèbres environnant le suivre telle que sa propre ombre? Qui donc voudrait bien se détourner de sa réelle origine pour satisfaire un destin plus monstrueux qu'une mort inconsidérée? Qui donc voudrait bien chasser des êtres semblables de son espèce simplement pour combler un besoin non-nécessaire à la survie d'un être vivant? Qui donc voudrait bien se tourner vers cette cruauté inhumaine alors qu'il avait la vie à ses pieds, alors que le contrôle de sa destinée semblait absolu? Cette personne, c'était Alexis Kane, le seul et unique Prince des Ténèbres dans toute sa splendeur...

Il était la, debout dans son bureau, seul dans son propre silence. Il était présent, vêtu de son ensemble chemise, veste et pantalon, tous aussi noir que ses propres ambitions sans mesures raisonnables. L'homme regardait par la grande et imposante façade vitrée qui décorait l'un des murs de son élégant bureau. Les yeux déposés dans l'essence scintillante des astres des cieux, il faisait le vide. Le ténébreux vidait son esprit de toute perturbation personnelle ou extérieure, un peu comme s'il employait une méthode de relaxation qui ne lui était pas habituellement attribuée. Parfois, il cherchait à comprendre ce qui l'avait poussé à accepter la proposition de John Smith il y a quelques temps. Était-ce seulement pour échapper à une mort inévitable, déjouant ainsi le triste sort qui lui était originellement réservé, ou pour rendre service à l'Évolution en la privant des faibles qui lui faisait honte? Le seul hic, c'est que les proportions de cette situation ont pris une ampleur inestimable... Alexis est entrain de dénaturer ce en quoi il a toujours cru et le pire, c'est qu'il en est conscient mais il en fait rien. Peut-être qu'avec ce qui est sur le point d'arriver, il questionnera sa motivation mais malgré tout, on ne doit pas espérer un miracle d'un monstre...

Puis soudainement, une sonnerie retentit aux quatre coins de l'antre de l'ombre, telle une mélodie dans le plus grand secret. Son portable qui était dans la poche de son chic veston, c'était cet appareil qui manifestait le désir d'être utilisé. Plongeant sa main dans sa poche pour prendre possession de son dû, l'homme du gouvernement répondit avec son calme qui ne semblait jamais lui échapper...


Monsieur Kane, ici l'agent spécial Julian Williams. J'aurais à vous rencontrer de toute urgence, j'ai des informations à vous transmettre qui serait cruciaux à la suite de nos opérations.

La porte de mon bureau vous est accessible, agent Williams. Votre présence est requise en ces lieux, immédiatement.

Bien entendu patron.

Fermant l'appareil qu'il lança sur le bureau derrière lui, Alexis soupira longuement. Comme d'habitude, comme à chaque instant de son travail, il serait témoin de mauvaises nouvelles qui le concernait directement ou indirectement. Alors qu'il se retourna tout en relevant la tête, il aperçut l'agent Williams déjà bien installé en avant de son bureau. N'étant pas surpris pour le moins du monde, l'ombre prit place sur son grand fauteuil, le trône synonyme de sa gloire réussite. Plaçant ses mains une dans l'autre, il observa son interlocuteur avec une neutralité toute symbolique...

Évidemment que vous êtes déjà là... Alors je vous écoute agent Williams, soyez direct et précis.

Bien... Donc comme vous me l'aviez demandé, j'ai suivi l'agent Bane dans tous ses mouvements depuis les deux derniers jours. Rien de particulier ne s'est passé sauf jusqu'à dernièrement. Écoutez bien, vous allez en tomber en bas de votre chaise.

Julian sortit une enveloppe et de cette dernière une photo qu'il prit soin de diriger à l'attention de son employeur. À la vue du visage qui décorait la pellicule de photographie, Alexis fronça les sourcils d'un air plutôt incertain. Le doute envahissait son esprit pour une rare fois et il se demandait ce que cet homme venait faire dans toute cette histoire. On l'avait déclaré disparu et égaré, voir même mort alors pourquoi déterrer de vieux souvenirs poussiéreux du passé?

Vous le reconnaissez n'est-ce pas?

Bien sur, c'est Sylar mais je situe mal votre intention de vouloir me faire part d'une telle banalité.

Que trouvez-vous de banal dans un homme aux multiples pouvoirs qui est toujours vivant? Odessa, Texas, monsieur Kane, c'est l'endroit où il a établit son nouveau domicile. Comble du hasard, l'agente Bane, en compagnie de Brown et d'une unité de la SWAT, a décidé d'aller lui rendre une petite visite pour tenter de le ramener dans nos quartiers, grave erreur de jugement en soit. Sur place, ils ont eu affaire à un petit imprévu, car le sujet recherché avait un fils et... et... Ils l'ont abattu... Et Sylar s'est vengé en anéantissant le reste de l'unité sauf la femme... Vous pouvez donc imaginer toutes les conséquences que cette épouvantable bavure pourra avoir. De plus, j'ai pris attention sur un détail qui m'avait frappé, quelque chose qui n'était pas habituel...

Cette fois-ci, l'agent sortit un exemplaire du Runway, l'endroit où travaillait Heaven. Le feuilletant jusqu'à une page précise, il le jeta aux yeux de Alexis en pointant un article précis...

Je crois que votre femme risque d'avoir de sérieux ennuis si Sylar a eu connaissance de cette revue..

Non... NON! C'est impossible, ça ne devait pas arriver Comment est-ce qu'elle a pu être aussi idiote ma foi! Elle a osé désobéir et prendre action sur un sujet qui était interdit à toute l'organisation! Je ne peux pas croire... Non...! C'EST IMPOSSIBLE!

Se relevant d'un coup sec, Alexis frappa le bureau tellement fort avec son poing qu'il s'écrasa presque la main sur la surface de marbre. Nul doute que sa plaie serait bien présente mais il s'en moquait, le sang qu'il pourrait perdre ne stopperait nullement toute la frustration qui s'évaporait des pores de sa peau. Cette fois, on l'avait vraiment poussé au bout de la planche et il était obligé de se mouiller pour se tirer d'affaire. Ça ne le plaisait pas du tout, il n'avait pas l'habitude de se faire prendre au dépourvu de la sorte et c'était un détail qui serait corrigé dans le futur, si il y est toujours bien sur...

Julian, je vous ordonne de garder l'agent Bane confinée dans ses bureaux jusqu'à nouvel ordre, donc pour très longtemps. Étant donné qu'il est fort possible que je ne revienne pas vivant de mon périple, si jamais vous ne me revoyez pas au courant des prochains jours, faite en sorte de sceller toutes les issues menant à cette pièce et détruisez toutes les clés et cartes d'accès menant à cet endroit. Seul vous y aurez accès, je vous fais confiance pour converser toutes ses ressources dans le secret le plus total, personne ne doit être au courant... PERSONNE!

Mais Alexis! Attendez, c'est trop dangereux! Nous enverrons

N'ayant pas la possibilité de terminer sa phrase, il constata avec inquiétude son patron s'évaporer dans son élément, ses ténèbres à lui. Le Prince était déjà en route vers l'immeuble de travail de sa compagne et à la vitesse qu'il déambulait, il y serait en un rien de temps. L'agent Williams pouvait courir le risque de le suivre mais est-ce que le jeu en vaudrait la chandelle? Avait-il seulement la chance d'affronter directement une véritable puissance dans le domaine de l'Évolution? Aucunement et il en était pleinement conscient mais il ne pouvait se résigner à rester dans l'inactivité, il devait faire quelque chose malgré tout. Il se téléporta ailleurs dans le quartier général, probablement à la recherche de John Smith qui aurait surement son mot à dire dans toute cette ridicule mascarade...

Il y était, le majestueux Runway, royaume dominant dans les contrées de la mode féminine. Mais en cette soirée finissant sur une bien triste note, il assisterait à un désolant spectacle entre deux démons, deux êtres sans aucune pitié, aucune compassion, aucune amour propre et véritable, enfin, jusqu'à preuve du contraire. Sylar était préparé à cet avènement et malgré la précipité des choses, Alexis l'était aussi. Vaguant dans ses ténèbres, malgré la colère de Heaven qui l'attendait et les dures représailles de son ancien mentor et ami, il était prêt à faire face à la musique. Calme et confiant, il savait que tout pouvait lui échapper à n'importe quel moment. En allant à la rencontre de son nouvel ennemi, il était conscient qu'il plaçait sa vie sur une corde très mince. Un simple petit coup déplacé et tout était coupé, tout tombait et chutait... Prêt à mourir pour sa propre cause? Disons que le Prince est très loin de redouter la morte comme certains, elle fait partie d'une existence après tout...

Une fois à l'intérieur, Alexis ignora tous les détails l'entourant et se dirigea sans attendre vers le bureau de Heaven. Il était trop tard, Sylar était déjà présent et passerait à l'action sans plus tarder. Le ténébreux devait agir mais pour quelle raison, pour quel motif? Pour sauver une femme qui le renierait à coup sur? Pour empêcher un autre être de s'élever dans un stade de supériorité plus haut que le sien? Pour satisfaire un besoin personnel de vaincre toute opposition? Difficile à dire, difficile à déceler d'un être qui avait la fâcheuse manie de tout camoufler derrière lui. Aucune trace, aucun indice, seulement un effrayant mystère. Surgissant d'un mur sur le coté, il fit une entrée fracassante et surprenant en dirigeant un solide coup de pied dans les côtes de l'homme au multiple pouvoir, précis et vif, peut-être inutile mais le geste défoulait bien. Frapper l'opportunité qu'il avait eu dans le temps de se faire un nom, il fallait le faire, c'était d'un culot énorme. Déposant ses deux pieds au sol, dans une position à la fois solide et nonchalante, il dirigea son regard vers Sylar sans broncher, comme il avait l'habitude de faire, peu importe l'adversaire qui se trouvait devant lui...


Bonjour Sylar. Que de charmantes retrouvailles ces temps-ci, je me sens flatté par le destin. Je ne m'attendais pas à faire face au passé de cette manière, c'est plutôt excitant. Frustré et désespéré, c'est le seul endroit que tu as trouvé pour venir me frapper à la cheville dans l'espoir de me voir plier un genou? C'était bien réfléchi je dois l'avouer. Tu n'es surement pas venu ici pour discuter de mode autour d'une bonne tasse de café froid et sans goût distinct...

Jetant un vif coup d'œil à Heaven, il savait pertinemment qu'il ne gagnerait rien à essayer de la résonner, il pouvait bien le lire dans le regard de la blonde. Il l'avait déjà perdu et ne pourrait en aucuns cas la récupérer malgré tous ses sacrifices. La femme avait fait face, au monstre, au démon et au meurtrier, c'était seulement la plus pure des vérités. Elle était habitué de côtoyer l'homme, le père et l'amant mais vraisemblablement, Alexis Kane ne pouvait échapper à sa destinée de créature sans émotions positives pour autrui. Que faire alors si c'était pour tenter de rattraper une cause perdue, malgré les sacrifies, même si il était toujours nécessaire... Alors pourquoi il se battrait contre Sylar, sachant que la défaite l'attendait surement au bout du rouleau? Se faisant philosophe, l'homme gardait ses mains croisées dans son dos et prit un ton de voix plus posé malgré l'intensité qui bouillonnait dans les locaux...

Que vas-tu faire Sylar? Me prendre mon pouvoir et me tuer? Qu'est-ce que ça donnerait de plus de toute façon, je me moque de la mort qui n'est qu'une simple fatalité de notre longue histoire. Mettre un terme à ma personne ne règlerait pas le problème, il y aurait une légion derrière moi prête à prendre la relève même si en fait, je me préoccupe peu de leur sort. Ou t'en prendre à ma famille alors? Malgré qu'elle vient de m'échapper pour le reste des temps, je n'ai pas mémoire que je laisserais un adversaire frapper un coup dans mon univers. Mais... Pourquoi, pourquoi le grand ténébreux agit de cette façon? Pourquoi il risquerait de se mettre dans l'eau chaude pour protéger le peu qui lui reste? Pourquoi il acceptait de se plonger les mains dans le sang de ses semblables pour s'en tirer sans remords et sans pitié? Oui, pourquoi, tu es capable de répondre à cette question? Tu dois bien le savoir, tu es bien placé en ce qui concerne les meurtres insipides et brutaux...

Que de provocation... Mais qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire, Alexis était déjà au fond de l'abysse, alors pourquoi pas la défoncer à grand coup de pelle spirituelle... Deux ennemis pour le prix d'un, quelle aubaine se disait-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylar
It's only after we've lost everything that we're free to do anything
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 27
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: Environ 35 ans
Pouvoir:
Travail: Serial Killer

MessageSujet: Re: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   Ven 22 Mai - 19:10

La gifle était forte, réfléchie, assurée. Ce n'était pas un geste impulsif pour lequel Heaven allait se repentir dans la seconde, elle voulait le frapper, lui cet être méprisable qui venait de la menacer de tuer son enfant. Après avoir gardé son calme suffisamment longtemps, Sylar jugea qu'il était l'heure de mettre un terme à cette vie qui par son silence était inutile.

Vous apprendrez que l'on ne parle jamais de la mort d'un enfant devant sa mère. Vous êtes déjà passé par là, vous savez ce qu'on éprouve non ?

" Non vous ne savez pas par où je suis passé. Moi on ne m'a pas juste menacé de tuer mon enfant, on me l'a pris de façon brutale. Vous ne pouvez pas imaginer, même dans vos cauchemars les plus abjectes, ce que ça fait de perdre son enfant, cette sensation d'impuissance qu'on éprouve, ce désir de remonter ardemment le temps afin de changer les choses. C'est possible, certains ont le pouvoir de remonter le temps, mais je ne veux pas faire marche arrière. J'ai réussi à me libérer de mon pouvoir pendant 4 ans, et maintenant que je suis de retour au sommet de mon art, je dois avouer que ... J'avais presque oublié à quel point c'était bon. Et vu que vous refusez d'apporter votre soutien à ma quête de vengeance, vous ne m'êtes d'aucune utilité. Adieu, Heaven. "

Il leva son doigt vers Heaven et l'immobilisa par télékinésie, mais la patronne du Runway fut immédiatement libérée, lorsque celui qui l'avait emprisonné fut violemment frappé d'un coup de pied sur son côté gauche. L'attaque avait été soudaine, Sylar n'avait rien vu venir. Il manqua de tomber sur son côté droit, mais réussi à retrouver son équilibre avant de heurter le sol de façon lamentable. Il se releva et regarda son assaillant, qui n'était autre que la personne pour laquelle il était venue: Alexis Kane. Ce dernier se présenta avec toute la classe qui lui était désormais due. Sylar l'avait "formé" par le passant, durant sa suprématie, mais il avait déjà remarqué à l'époque que cet homme des ombres étaient bien différent de lui, beaucoup plus dérangé.

Tu n'es surement pas venu ici pour discuter de mode autour d'une bonne tasse de café froid et sans goût distinct...

Le serial killer lança un sourire amusé à son interlocuteur, avant de se tourner vers Heaven.

" A l'évidence, il n'aime pas votre café. Charmant."

Alexis s'embarqua à nouveau dans un de ses discours éloquents, mêlant assurance et classe, jouant la carte de la philosophie tout en s'auto-parasitant à cause de sa personnalité mystérieuse et terriblement dégénérée.

Pourquoi, pourquoi le grand ténébreux agit de cette façon? Pourquoi il risquerait de se mettre dans l'eau chaude pour protéger le peu qui lui reste? Pourquoi il acceptait de se plonger les mains dans le sang de ses semblables pour s'en tirer sans remords et sans pitié? Oui, pourquoi, tu es capable de répondre à cette question? Tu dois bien le savoir, tu es bien placé en ce qui concerne les meurtres insipides et brutaux...

Sylar dévisagea Alexis, avant de répondre d'un ton froid

" Parce que le grand ténébreux a quelques cases en moins, apparemment. Tu as bien évolué depuis la dernière fois Alexis, la maison blanche, notre partenariat, c'est si loin. Tu as apparemment bien grandi. Mais hélas, tu t'es isolé dans ton propre monde, un monde malade, un monde devenu incompréhensible même par toi même. Qu'est-ce que tu vois Alexis, quand tu regardes dans un miroir ? Sais-tu seulement qui tu es encore ? Je vais te dire ce que moi je vois: un être puissant, un être dangereux, un potentiel destructeur inimaginable, mais qui a gâché toute son existence en se tournant contre ses propres semblables. Tes hommes ont tué mon fils, Alexis ... J'ai eu la pitié de laisser l'agent Bane en vie, en m'assurant qu'elle se souvienne de moi pour le restant de ses jours. Elle était fragile, il était facile de la traumatiser. Toi, en revanche, inutile d'essayer de t'arracher des excuses et des larmes, tu n'es pas comme ça. Toi ce qu'il te faut c'est du sang, un combat loyal. Hélas, toi et moi savons que si nous nous affrontons, l'issue te sera fatale, car je possède bien plus de pouvoirs que tu n'en aura jamais. On en vient alors à la question à un million de dollar, qu'est-ce que je vais faire de toi ? Te tuer ? Tuer tes proches et te laisser en vie ?

Il regarda Heaven, puis à travers elle aperçu l'image de Luna, la fille qu'elle a eu avec Alexis. Méritaient-elles de souffrir des erreurs de ce maniaque ? Qui est-ce qui devait payer pour Noah, le fils du serial killer ? Sylar resta ainsi silencieux, pensif, avant de relever la tête et de plonger des yeux meurtriers dans ceux d'Heaven. Il leva la main vers elle, mais au dernier moment pivota et envoya Alexis s'écraser violemment contre le mur, qui manqua d'être défoncé tant la force de frappe avait été importante.

" Pourquoi, Alexis ? ... Pourquoi ? ... Pourquoi as-tu tourner le dos à tes frères ? Qu'as-tu de plus que nous ? Que je mérite de mourir est une chose, mais les êtres spéciaux ne sont pas tous comme moi, certains sont des gens innocents, honnêtes, parfois faibles. Pourquoi a-t-il fallu que mon fils meurt pour satisfaire ton égo démesuré ? "

Il s'approcha d'Alexis qui avait commencé à se relever après son contact violent avec le mur, et le frappa d'un seul coup de poing pour le replaquer au sol. Sa force était surdéveloppée, ses coups puissants et douloureux.

" Je t'avais appris à respecter l'Evolution, et toi n'es motivé que par ton propre intérêt ? Tu es pathétique. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand vengeance rime avec souffrance... [ Sylar - Alexis ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sujet libre - Quand s'amuser rime avec tuer
» Quand "Tingapour" rime avec "nid de blurps"... [PV Lya, Nybelus, Shinzô, Keylo et Kirya'tylanhem]
» Quand bar rime avec bagarre! [Elijah - Logan]
» ForumHaiti : Une modération qui rime avec le respect mutuel
» quand avouer rime avec souffrir ㄨ Mirka & Xander (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes - Continuum :: New-York :: Runway-
Sauter vers: