Hunting is Coming
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Funeste visite [PV Asami]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alex Dumont
¤ No Future ? I can't accept it ¤
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Interprète
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Interprète à l'ONU

MessageSujet: Funeste visite [PV Asami]   Lun 24 Nov - 1:24

Ce jour là, Alex ne travaillait pas. Il était parvenu à obtenir une journée de repos afin de régler quelques histoires de paperasses et de factures pour lesquelles il avait pris du retard. Il était donc resté à son appartement, tentant de classer ses papiers et de régler les différentes sommes qu’il devait. Lassé, il posa ses coudes sur la table et fit reposer sa tête entre ses mains. Un crayon de papier entre les dents qu’il faisait tourner avec les lèvres, il regardait par la fenêtre. En face de lui, Central Park s’étalait avec sa verdure apaisante et décalée au milieu de tous ces immeubles. Le parc n’avait rien du prestige qu’il avait quatre années auparavant, comme lorsque le français y avait mis les pieds pour la première fois. Pourtant, rapidement après l’explosion, la nature avait repris ses droits et les plantes étaient de nouveau sorties de ce désert de cendres qu’était devenu cet espace. Aujourd’hui, la ville avait replanté des arbres adultes entre lesquels de plus jeunes et naturels tentaient de prendre place. Le français soupira longuement. S’il en avait eu la possibilité, il serait bien allé faire un tour dehors pour s’oxygéner et se détendre. Les derniers évènements n’étant pas des plus reposants, il se dit qu’il serait bon pour lui de retourner une semaine en France. Pourtant, il savait qu’il ne pouvait pas se le permettre. Il y avait moins de quinze jours, il avait fait la rencontre de Gabriel Gray par le plus grand des hasards. Ce dernier n’était plus le même homme. A présent, c’était un père de famille qui tentait d’élever au mieux son enfant. Pourtant ce dernier avait montré un dessin des plus troublants à Alex : la destruction de la Terre. La fin du monde était imminente et visiblement, le français était de ceux qui pouvaient empêcher cette catastrophe. Par la suite, Alex avait donc repris contact avec Kerry Tomas. Lors de leur rencontre, il avait appris qu’il était père d’une petite fille de quatre ans, Lisa. Toutes ces nouvelles ne le laissaient pas de marbre et, en conséquence, il ne pouvait se permettre de perdre du temps à se faire plaisir en prenant des vacances.

Alex se leva, déposant son crayon au milieu des feuilles de papiers étalées sur la table de la salle à manger. Il se dirigea vers l’espace cuisine pour se faire un café lorsque quelqu’un frappa à la porte. Le jeune homme posa sa tasse sur le plan de travail, interrompu dans son activité par cette visite. A dire vrai, il se demandait qui pouvait bien venir le voir en plein milieu de la journée. Il n’avait dit à personne qu’il était en repos, par conséquent, il y avait peu de chance pour que ce soit quelqu’un qu’il connaisse. Sans bouger d’où il était, il tenta de déterminer qui était derrière la porte. S’il s’avérait que c’était un inconnu, il ne répondrait pas, faisant mine d’être absent. Se concentrant, il perçut la présence d’une personne sur le pallier. Cette essence vitale, Alex aurait pu la reconnaitre entre mille. Il s’agissait d’Asami. La japonaise était comme une sœur pour lui depuis qu’il avait fait sa rencontre à Japon en 2000. D’ailleurs, elle lui avait demandé d’être le parrain de son fils Daiki, ce qu’il avait accepté immédiatement avec le plus grand des engouements. Ce petit garçon était aussi adorable que sa mère ce qui donnait une raison de plus à Alex de tenter d’éviter le funeste destin qui attendait le monde. Souriant, Alex mit la cafetière en marche.

« Tu peux entrer Asami, la porte est ouverte. »

_________________

It was just the Beginning ...
... now, it's time to Fight !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asami Barairo

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/11/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Elle tiens toujours un magasin de manga et autre comic's et goodies ( et gagne toujours sa vie en rédigeant et dessinant des mangas ^^ )

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Lun 24 Nov - 1:47

Elle avait pas arrêter de courir, enfin, courir était un bien grand mot...Dans cette grande ville, la demoiselle c'était plutôt transformer d'air, se rendant invisible, ne laissant derrière elle que cette agréable odeur de rose qu'elle dégageait à chaque instant. Elle avait par la même occasion rendu le corps de son fils invisible, voyageant ainsi comme le ferait un fantôme, invisible à l’œil de tous mais surtout, invisible aux hommes qui avait osé faire cela à son fils. Plusieurs minutes c’était écoulée, voir même une heure, le corps du petit garçon qu’elle tenait dans ses bras. Daiki était un garçon de petite taille, particularité typique de l’hérédité japonaise, ses cheveux d’un noir de jet était aussi une des multitudes hérédités que sa mère lui avait offerte, obtenant le plus beau des atouts de son père…Ses yeux…Ses yeux magnifique, d’un bleu si pur, si intense qu’on s’y plongeait au moindre regard.
C’est a bout de souffle, semi visible que la demoiselle était entrée dans l’immeuble, évitant avec soin les personnes qui aurait pu la croisé. Sa respiration était saccadée et son cœur battait la chamade comme jamais. Les larmes se glissaient par dizaine sur son visage qui autrefois plus que souriant était aujourd’hui en proie à une détresse indéfinissable.

Elle n’attendit pas réellement la réponse d’Alex pour entrée dans l’appartement, traversant la porte comme de l’air, son parfum de rose immergeait déjà la pièce où se trouvait Alex avant d’apparaître soudainement, à genoux, au sol, les yeux emplit de tristesse, sa voix tremblante, son corps entier tremblait, elle avait la tête baissé sur son petit garçon.


« Daiki… »

Grand espoir…Oui, il était le plus grand des espoirs qu’elle avait pu avoir, cette naissance était l’aboutissement de cette amour qu’elle epprouvait pour Caïn, l’aboutissement de son malheur, le début d’un grand bonheur, cette naissance avait eu tant de signification pour Asami qu’aujourd’hui elle ne comprenait pas comment ni pourquoi cela se terminait ainsi.
Le corps de l’enfant ne contenait plus de balle mais possedait toujours ses blessures, le sang s’écoulant sur les vêtements de cette mère en détresse, elle regardait Alex, appeurée…


« Je…Ils…Daiki…Le jardin…Je… »

Ses phrases succéssives ne ressemblaient qu’a un débit incompréhensible de mot entre-coupé de sanglot. A vrai dire, Asami espérait…Elle espérait qu’Alex puisse changer quelque chose à cela. Elle serrait cependant le corps inerte de Daiki dans ses bras, l’enfant semblait comme une poupée de chiffon, se laissant tout simplement faire par les gestes de sa mère blessée émotionnellement parlant…

« Je t’en prie…Alex… »

Sa voix plus que tremblante et ses yeux suppliant c’était déposé sur ce qu’elle considérait comme un frère, lui et Peter était tout pour elle et si elle avait été capable de pouvoir prendre deux parrains, elle aurait sans hésiter pris Alex et Peter, au lieux de cela…Asami avait tout simplement pas prit de marraine…Une logique purement naïve il en va sans dire.
Elle déserrait légèrement son étreinte de son fils pour laisser à Alex le "loisir" de découvrir l’état de son filleul. Asami ne pensait pas du tout qu’elle arrivait très certainement au mauvais moment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Dumont
¤ No Future ? I can't accept it ¤
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Interprète
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Interprète à l'ONU

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Lun 24 Nov - 2:28

Le doux parfum de rose empli dans la seconde l’appartement, arrachant un sourire à Alex. Dos à la nouvelle venue, il sortit une deuxième tasse, s’apprêtant à lui demander pourquoi elle n’était pas venue avec Daiki. N’ayant senti la présence de son filleule, il en avait déduit qu’il n’accompagnait pas sa mère, chose inhabituelle. Mais au son de la voix d’Asami, le français comprit immédiatement que quelque chose n’allait pas. Son timbre était empli d’une tristesse que le jeune homme n’avait jamais vue chez son amie. Lorsqu’il se retourna, la vision qu’il eut lui donna l’impression que son cœur venait de s’arrêter. La jeune femme, les vêtements ensanglantés, serrait contre elle son jeune fils. Alex sut. Il n’y avait aucun doute. Si Daiki se trouvait dans la même pièce que son parrain sans que ce dernier ne puisse percevoir sa présence, c’est que la vie l’avait quitté. Le garçon possédait comme chaque être vivant une trace vitale qui lui était propre, unique dans toute la nature. La sienne avait l’innocence et la douceur de sa mère, avec la vitalité débordante typique des enfants. De son père, il y avait cette marque de quiétude, comme s’il était capable de tout gérer. Mais à présent, le corps de l’enfant était vide, plus rien n’émanant de lui. Alors qu’Asami dans sa détresse tentait vainement d’expliquer ce qu’il s’était passé, submergée par le chagrin d’une mère qui vient de perdre son enfant, Alex lâcha la tasse qui se brisa sur le sol. Sans attendre que la nipponne n’en formule la demande, il se précipita vers elle. Dans son regard, on pouvait percevoir à travers la douleur de la mère, la volonté de garder l’espoir que le français puisse faire quelque chose. Le cœur bâtant la chamade, Alex prit le corps sans vie de Daiki et alla le déposer devant la fenêtre de la salle à manger. Ce qu’il s’apprêtait à faire, il ne l’avait pas refait depuis des années maintenant. Déjà à l’époque redonner la vie s’avérait être un exercice périlleux, tant pour le français que pour la personne ramenée. Une vie pour une vie, l’équité parfaite. C’était sur ce principe que reposait le pouvoir d’Alex. Pourtant, il avait rapidement compris que la mort d’un être n’était pas forcément nécessaire pour en sauver un autre. Il suffisait de puiser dans différentes sources de la force vitale pour qu’au final cette somme soit l’exacte équivalence de l’énergie d’une vie. Ces principes en tête, Alex posa ses mains sur le torse de l’enfant, les doigts écartés et les paumes bien à plat. Se concentrant, il fit s’écouler sa propre force dans le corps de son filleule. A travers ses bras, il sentait le flux de vie l’abandonner pour venir se lover dans le torse de Daiki.

« C’est arrivé … il y a combien ... combien de temps ?! »

Sans cesser le transfert, Alex voulait savoir quand avait eu lieu l’incident. Plus l’heure du décès était éloignée, moins les chances de réussite étaient nombreuses. Sentant lentement qu’il arrivait à bout, Alex dut trouver une autre forme de vie s’il ne voulait pas mourir. Il aurait volontiers donné sa vie pour ce petit garçon, mais il ne savait pas s’il aurait alors de temps d’achever le processus. Tendant une main vers la fenêtre, Alex se concentra sur l’arbre planté de l’autre côté de la rue. Le végétal se mit alors à brunir de plus en plus, comme si l’automne s’était précipitamment jeté sur lui, puis ses feuilles tombèrent pour que finalement, il ne reste qu’un tronc et ses branches, triste image de l’hiver. Sans perde de temps, le français pointa sa main vers un autre arbre qui subit le même sort. A présent, le flux vital s’engagée dans la paume tendue vers l’extérieure, pour remonter le long du bras du jeune homme et ensuite s’engager en direction de l’enfant par son autre bras. Les blessures de Daiki avaient toutes totalement disparu. Pourtant, le plus dur restait à faire. Régénérer les cellules était un processus assez simple et basique, mais réactiver tout un organisme s’avérait plus ardu. Alex se stoppa un instant. Sentant quelque chose de chaud et humide couler de son nez sur ses lèvres, il s’essuya du revers de sa manche. Il porta alors son regard vers Asami, une trainée de sang partant de son nez et s’étalant sur sa joue.

« J’y suis presque … mais il m’en manque encore … Je … j’ai besoin de toi Asami … seul, je ne peux pas. »

_________________

It was just the Beginning ...
... now, it's time to Fight !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asami Barairo

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/11/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Elle tiens toujours un magasin de manga et autre comic's et goodies ( et gagne toujours sa vie en rédigeant et dessinant des mangas ^^ )

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Lun 24 Nov - 21:05

Que pouvait fait une mère dans ces moments là ? Asami avait tuer un homme et malgré tout, elle ne pensait qu’a cette enfant, ce fils qu’elle avait mit au monde et qu’elle avait vu grandir jour après jour. Elle l’avait entendu pleuré, l’avait entendu rire, l’avait vu s’émerveiller de petite chose de la vie, elle lui avait lu des histoires le soir, l’avait bercer, c’était lever tard la nuit pour le nourrir, pour le rassurer lors de ses mauvais rêves, elle l’avait à tout moment assister. Une mère trop attentionnée ? Que pouvait-on attendre d’autre d’une jeune femme tel qu’Asami ? Elle revoyait sans cesse cette scène, cette même et unique scène, le sourire sur ses lèvres à observer son fils sur un drap dehors, jouant et profiter du beau temps, elle a la fenêtre de sa cuisine constamment, préparant avec amour le futur repas de cette enfant…Elle avait vu ces voitures arrivé et sans aucune possibilité d’action, ils avaient tiré…Sur…

« Mon bébé… »

Alex l’avait tout simplement emporter, posant le corps inerte sur une table dans sa salle a manger, Asami c’était très rapidement levé, trop rapidement, au point d’en perdre son equilibre…Se rattrappant de justesse sur les morceaux de tasses, l’un d’eux coupa la main de la demoiselle qui ne se rendait même plus compte de la douleur, celle qu’elle vivait à l’instant était d’autant plus puissante, d’autant plus forte. Face à son enfant, Asami observait faire Alex, spectateur de la disparition de son propre fils, elle espérait plus que tout qu’elle le verrait se réveiller, que tout irait mieux, que tout cela ne serait qu’une erreur…L’homme ne pouvait pas être aussi mauvais…
Son regard brouillé par les larmes, les blessures de l’enfant se refermait une à une, ne quittant pas des yeux son enfant, Asami ne se rendait même plus compte de l’effort qu’elle demandait à Alex, de l’exploit que cela était de ramené quelqu’un à la vie…Asami qui était autre fois une femme droite et dont l’équilibre des choses étaient parfaitement naturellement reniait tout ses principes, il était hors de question qu’elle laisse son enfant mourir sans même agir…Ses larmes se glissaient le long de ses joues, tombant goutte à goutte sur le front de son petit garçon. Si jeune et pourtant si éveillé, Asami n’avait de cesse de parler de chaque exploit de son tout petit, le moindre nouveau mot, le moindre nouveau geste…Tout était prétexte pour s’émerveiller devant son fils. Elle l’aimait plus que tout au monde et n’accepterait jamais de le laisser partir ainsi, avant elle…


« Maman est là… »

Murmurait-elle à l’attention de son fils, ne se rendant pas réellement compte qu’il était décédé, n’ayant pas les dons d’Alex, elle ne pouvait savoir que son essence vital c’était éteinte…

« C’est arrivé … il y a combien ... combien de temps ?! »


Combien de temps ? Dans la panique…Asami n’aurait jamais réellement su le dire et à vrai dire, elle n’était pas réellement en état d’y réfléchir ni même d’y penser mais pour Alex et aussi pour son fils, elle se remémora ses affreux instants, l’heure qu’il devait être, le temps…

« Peut-être une heure… »

Et cette idée l’affolait, voilà presque une heure que son fils était ne respirait plus, presque une heure qu’Asami n’acceptait pas cette disparition, elle aurait tout fait pour que son enfant vive, elle aurait volontiers donner sa propre vie. Caressant les cheveux de son fils, la demoiselle regrettait à cet instant de ne pas pouvoir prévenir d’un quelconque moyen le père de son enfant…Caïn lui manquait terriblement parfois mais elle l’avait toujours connu aussi mystérieux et ne le connaitrerait certainement jamais autrement. Nombreuse avait été leur discussion et nombreuse elle le seraient encore…D’une certaine manière, quoi qu’il arrivait, ils étaient constamment lié l’un à l’autre.
Se mordant la langue, son propre sang s’étalait légèrement sur le front de son enfant, sa main était blessé par une coupure d’un morceau de la tasse brisée. Elle ne remarquait même plus Alex, ne voyant que son fils, plusieurs minutes s’écoulaient et elle finit par relevé la tête vers son ami…Son "frère"…Ele fit se mince filet de sang s’écouler de son nez, s’inquiétant à son tour pour lui.


« J’y suis presque … mais il m’en manque encore … Je … j’ai besoin de toi Asami … seul, je ne peux pas. »

Elle ne se fit ni attendre, ni suppliée, elle prenait déjà la main posé sur la vitre contre elle…La serrant intensement, elle regardait Alex dans les yeux…Les larmes toujours présente…

« Ne t’inquiète pas pour moi »

C’était une manière de lui dire que même s’il devait la tuer pour redonner la vie à Daiki…Il devra le faire sans aucune hésitation…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Dumont
¤ No Future ? I can't accept it ¤
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Interprète
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Interprète à l'ONU

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Lun 24 Nov - 22:53

Asami, plongée dans sa tristesse n’avait de cesse de parler à son enfant, le rassurant et lui promettant que tout allait bien se passer. Lorsqu’Alex lui demanda son aide, elle n’eut aucune hésitation, et, immédiatement saisit la main libre de son ami pour la poser contre elle. Les mots qu’elle prononça alors étaient clairs : s’il le fallait, elle offrait sa propre vie pour ramener son fils. Cette solution, Alex ne pouvait s’y résoudre. Il s’était fait la promesse de ne jamais arriver à cette extrémité : prendre une vie pour en sauver une autre. Les conséquences étaient bien trop grandes et ce choix ne devait être accessible à personne. Même les intentions d’Asami, aussi louables soient-elles, ne pouvaient justifier une telle décision. Aussi, le français fit le souhait dans son fort intérieur de ne pas avoir besoin d’en arriver là, de ne pas avoir à faire ce choix, d’accéder à la requête d’une mère dont l’état lui ôtait toute objectivité. Si elle partait, qui s’occuperait de Daiki. Bien entendu, Alex l’aurait pris en charge, mais rien ne pouvant remplacer une mère, il aurait été bien impuissant devant les demandes de l’enfant.

Mais l’heure n’était aux réflexions sur le pourquoi du comment. Il fallait agir vite, trop de temps s’était déjà écoulé et en perdre d’avantage ne ferait que compliquer les choses. A présent, Alex focalisait son attention sur Asami et progressivement, il lui préleva sa force vitale, la faisant circuler dans son propre corps et la mêlant à la sienne. Puis, il réinsuffla cette énergie dans le corps inerte de son filleul. Il y était presque, à présent, il avait assez d’énergie. Il ne restait plus qu’à la modeler et à l’harmoniser avec le corps de Daiki. Le français ôta alors sa main d’Asami et la posa sur l’enfant. Fermant les yeux, il se concentra du mieux qu’il le put, essayant de surpasser sa fatigue. Le corps, mort depuis trop longtemps, semblait rejeter cette nouvelle énergie, si bien qu’Alex dut s’investir d’avantage pour tenter de recréer cette alchimie de laquelle jaillissait la vie. Tremblant, il ne se découragea pas pour autant. Le visage crispé, il parachevait le processus, forçant l’essence vitale à rester dans l’enveloppe charnelle. Les dents serrées, il ne put s’empêcher de lâcher un juron dans sa langue maternelle.


« Allez bordel ! Reste en lui !!! »

Puis, enfin, sous ses mains, il le sentit. Ce léger martellement, rythmé et régulier, telle une horloge, frappant dans le torse de Daiki. Vinrent ensuite des mouvements de sa cage thoracique, cette dernière se soulevant et s’abaissant de manière tout aussi rythmée. L’enfant venait de revenir à la vie.

Alex se laissa tomber en arrière, se retenant sur les mains afin de ne pas se retrouver allongé. A bout de force, il n’était pas certain du résultat qu’il venait d’obtenir. Normalement, le petit garçon aurait déjà dû ouvrir les yeux et se lever. Mais il n’en fit rien. Il restait allongé, respirant lentement, comme plongé dans un profond sommeil. L’air désolé, le français osa à peine regarder Asami, honteux de ne pas avoir pu lui offrir ce pour quoi elle était venue le voir, honteux de ne pas avoir eu le courage d’aller plus loin en utilisant la vie de la nipponne comme elle le lui avait demandé. D’une voix murmurée, il tenta de formuler quelques excuses qui lui semblèrent bien futiles au regard des circonstances.


« Je suis désolé … je ne peux rien faire de plus … Il est … il est en vie, mais plongé dans une sorte de … coma. »

Par compassion pour son amie, il lui posa une main sur l’épaule, tentant de capter son regard.

« Il faut qu’on le conduise à l’hôpital … J’aurai aimé pouvoir faire plus … je suis navré … »

_________________

It was just the Beginning ...
... now, it's time to Fight !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asami Barairo

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/11/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Elle tiens toujours un magasin de manga et autre comic's et goodies ( et gagne toujours sa vie en rédigeant et dessinant des mangas ^^ )

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Mar 25 Nov - 1:51

Doucement et délicatement, Asami reconnaissait une sensation qu’elle avait déjà traverser, cette impression que les forces la quittait. Une sensation brulante lui prenait le corps pour subitement descendre de température. Un long frisson traversa son échine mais elle restait immobile face à son fils, face à Alex qui puisait dans son énergie vitale pour ravivé le cœur de son tout petit. Elle restait silencieuse, ses pleures avaient cessé, l’espoir lui prenait tout le cœur, le froid l’entrennait dans un tout autre monde. Cette sensation de frôler la mort, elle l’avait vécu à plusieurs reprise. Le doux souvenir de Caïn lui revenait en tête et par la même occasion de malheureux souvenir lui revenait à l’esprit. Cet homme…Qui avait tiré…Cet homme qui avait sans aucune raison tiré une balle au beau milieu de son front, elle se souvenait de cette sensation de froid, de gêle qui lui prenait les pieds, les doigts, les muscles, le sang, son cœur…La main que tenait Asami entre ses doigts pouvaient avec facilité sentir cette sensation de froid la traversée tout entière comme si ce simple souvenir avait l’art de réellement la ramené à ce jour.

Pourquoi ? Pourquoi lui avait-on enlevé sa mère ? Pourquoi son père lui avait autant voulu de ce décès ? Avait-elle réellement été fautive de cette accident de voiture dont avait été victime leur taxi ? Pourquoi son père n’avait jamais réussi à lui pardonnée alors qu’elle…Elle n’avait jamais été capable de lui en vouloir…Tout comme elle n’avait jamais été capable d’en vouloir à Caïn de lui avoir enlevé son père et d’un certain point de vue, elle en avait même été soulagée. Pourquoi lui avait-on ôté une première fois la vie, pourquoi c’était-elle retrouvée dans un hopital, découvrir ses pouvoirs, s’entrainer avec Kyuzuke et l’entrainée dans sa perte à son tour…Pourquoi lui aussi l’avait-on tué alors qu’il avait tout offert à Asami…Un toit, une nouvelle famille, une nouvelle vie, un nouveau rêve…Les larmes ne se glissaient plus sur le visage d’Asami qui semblait revivre en quelque seconde les évènements les plus noirs de sa vie. Elle ne comprenait pas comment autant d’horreur pouvait avoir eu lieu alors qu’elle avait toujours fait en sorte d’aider les gens…Elle doutait aujourd’hui…Est-ce que le bien avait réellement sa place dans ce monde ?


« Allez bordel ! Reste en lui !!! »

Cette phrase dite en français ne l’interpella pas plus que cela, son cœur c’était insuffler d’une nouvelle chaleur et pourtant, Asami semblait continuer à avoir froid intérieurement…Ses jambes tremblaient, ses mains aussi, la jeune femme observait son fils avec tant d’amour et tant de tristesse dans les yeux…

« Pourquoi… »

Il venait à peine de découvrir sa particularité…Elle ne comprenait pas comment on pouvait tuer de sang froid un garçon aussi innocent que l’était Daiki. Ses mains étaient aussi immaculée que l’était celle d’Asami…Oh bien sur, Asami avait aujourd’hui des mains moins blanches qu’elles ne l’étaient hier mais tout le monde pouvait affirmer qu’Asami avait toujours constamment œuvrer pour le bien…Alors pourquoi ? Pourquoi s’en était à elle qu’on s’en était pris ? Elle sortie soudainement de ses pensées lorsqu’elle vit la respiration de son fils reprendre son rythme régulier, cependant, ses yeux restaient clos, comme plonger dans un sommeil des plus profonds…Posant ses yeux sur Alex qui se trouvait au sol, elle l’écoutait…

« Je suis désolé … je ne peux rien faire de plus … Il est … il est en vie, mais plongé dans une sorte de … coma. »

Il c’était levé, avait posé ses mains sur l’épaule de la demoiselle…Elle ne lui en voulait pas. L’erreur ne venait pas de lui…Non…L’erreur ne venait pas de lui…Et en guise de preuve qu’elle ne lui en voulait pas, elle esquissa un mince sourire, déposant ses yeux de mère sur Daiki.

« Merci Alex… »

Oui…Sans lui…L’espoir de revoir son fils se réveiller n’aurait jamais eu lieu, aujourd’hui…Asami esperait simplement qu’il ouvrirait les yeux…Un jour…C’était quelque chose de beaucoup plus rassurant que Jamais…Oui…Elle s’accrochait à cet infime espoir…Mais plus dans ce monde…

« Il faut qu’on le conduise à l’hôpital … J’aurai aimé pouvoir faire plus … je suis navré … »

Son regard changea du tout au tout, froid, glacial, sombre, elle prit Daiki dans ses bras avec toute la délicatesse d’une mère…

« Jamais ! »

Reculant, son enfant dans ses bras, elle saignait toujours à sa main mais au contact de son fils contre sa blessure…Celle-ci guérissait…Malgré qu’il était dans le coma, son enfant semblait reconnaître la présence de sa mère et par la même occasion, guérir chacune de ses blessures si jamais elle en avait.
Remarquant cela, elle lui montrait cette main miraculeusement cicatrisé.


« C’est sa bénédiction ! »

Visiblement énervée, la colère et la haine était plus que lisible dans ses yeux…Jamais Asami ne c’était montrée aussi…Différente…

« Ils…Ils l’ont tuer…Pour ça… »

Carressant les cheveux de son petit bout, elle s’asseya sur le fauteuil, berçant l’enfant "endormi" dans ses bras.

« Je ne prendrai pas le risque de l’entourer de…Ces…Monstres… »

Elle semblait subitement se calmer, ses yeux reprenant cette lueur douce que projetais Asami...Déposant ce regard attendrit sur son fils

"Tu peux comprendre Alex..."

Prenant une inspiration...Ses larmes brouillaient à nouveau sa vue, elle releva son visage vers son plus grand ami, observant Alex...Elle reprit doucement la parole, lui raconta calmement ce qui c'était passé, les circonstances dans lesquels son fils avait été abattut sans somation. Sa voix tremblait, elle tremblait de cette peur, de ce dégout, elle semblait presque sur le point de vomir tant cette chute vers la réalité des choses semblaient la prendre de plein fouet.
A la fin de son récit, elle reposa son attention sur son petit garçon.


"L'amour et la haine sont des sentiments qui s'alimentent par eux-mêmes, mais des deux la haine a la vie plus longue."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Dumont
¤ No Future ? I can't accept it ¤
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Interprète
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Interprète à l'ONU

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Mar 25 Nov - 3:33

Un fin sourire sur les lèvres, Asami lâcha un merci à l’intention d’Alex. Sur son visage, on pouvait de nouveau lire l’espoir, la volonté de vivre pour voir son enfant grandir et s’épanouir. Mais lorsque le français aborda le thème de l’hôpital, la jeune femme saisit son enfant et s’éloigna de son ami. Elle alla s’installer dans un fauteuil, puis berça doucement son fils endormi. Elle s’opposa fermement à l’idée de confier son enfant à des étrangers, à ceux qui lui avaient fait tant de mal à elle et Daiki. A présent, elle considérait les humain comme coupables et indignes de confiance, tous sans exception. Alex ne lui avait jamais vu une telle expression de colère sur le visage, ni un tel timbre de voix. Pourtant, il n’en prit pas ombrage, mettant cette réaction sur le compte des évènements tragiques que venait de traverser cette jeune mère. La nipponne expliqua alors en détail ce qu’il s’était passé. Sans prévenir, des hommes avaient abattu l’enfant de sang froid et avaient tenté de faire de même avec sa mère. D’où venaient-ils ? Pour qui travaillaient-ils ? Pourquoi avaient-ils agit ainsi ? Personne ne le savait. Alex ne pouvait pas en vouloir à la jeune femme. Son manque de confiance était justifié. Cependant, si Daiki était amené à rester dans cet état de manière prolongée, il lui faudrait plus que de l’amour maternel pour le maintenir en vie, ne serait-ce que pour l’alimenter. Il fallait la raisonner, quitte à trouver une alternative. L’état catatonique de l’enfant inquiétait beaucoup Alex. Une nouvelle fois, il devait tirer leçon de ce qu’il venait de faire : jouer avec les lois de la vie et de la mort. C’était de cette manière qu’Hayden, quatre ans auparavant, avait perdu la mémoire. Alex l’avait ramené à la vie après que Sylar l’ait tuée. Tout ne s’était vraisemblablement pas passé comme il fallait. Aujourd’hui, Daiki était également revenu à la vie grâce à Alex, mais plongé dans un profond coma. Y aurait-il une échappatoire ? Le français n’aurait su le dire.

Alex tenta tant bien que mal de se diriger vers le canapé. Epuisé, le moindre pas lui demandait autant d’effort que s’il trainait une tonne de briques derrière lui. Arrivé au niveau du sofa, le français se laissa choir. La tête lui tournait après une telle dépense d’énergie. Reprenant son souffle quelques minutes, il tenta ensuite de ramener son amie à la raison. Il voulait lui faire comprendre la nécessité que son fils soit encadré. Revenu de la mort par miracle, il aurait été dommage à présent de faire les mauvais choix pour l’y reconduire.


« Asami … je comprends tout à fait ton point de vue, mais … Daiki a besoin de soins. Tu ne vas pas pouvoir le garder dans cet état. Imagine si son coma se prolonge, car oui, je pense qu’il est dans le coma et nullement en train de dormir … comment feras-tu pour le nourrir ? Il va avoir besoin qu’il lui apporte de quoi maintenir son organisme en vie. »

Il était clair que la jeune femme ne voulait plus entendre parler d’hôpital. Inutile d’insister, elle ne céderait pas devant cette proposition. Il fallait donc trouver un autre moyen d’aider l’enfant. Cependant, le manque de confiance dont faisait preuve la japonaise limitait les solutions restantes. Le français songeait bien à une possibilité. Mais lui-même n’était pas certain qu’elle soit bonne et de confiance. Primatech était cette possibilité. Là bas, ils avaient l’habitude de gérer ce genre de cas. Du moins, ils savaient s’occuper des personnes spéciales et les prendre en charge en fonction de leur nature et de leurs pouvoirs. Mais d’ailleurs, le jeune homme ignorait si cette compagnie existait encore. Cela faisait des années qu’il n’en avait pas entendu parler. En fait, il n’avait pas non plus cherché à avoir de contact avec. Mais vu la situation, c’était une voie à explorer. Aucune solution ne devant être mise à l’écart.

« Que penserais-tu de le confier à des gens qui nous connaissent, qui savent ce que nous sommes ? Après tout, ils ont des spécialistes et des chercheurs là bas. Ils pourront peut-être comprendre ce qui arrive à Daiki. »

Alex se redressa, afin de s’assoir sur le canapé. Il regarda Asami avec compassion. Il s’en voulait encore de ne pas être parvenu à faire mieux pour le petit garçon.

« Je parle de Primatech … imoutosan … »

_________________

It was just the Beginning ...
... now, it's time to Fight !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asami Barairo

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/11/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Elle tiens toujours un magasin de manga et autre comic's et goodies ( et gagne toujours sa vie en rédigeant et dessinant des mangas ^^ )

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Jeu 27 Nov - 1:40

Posée sur la capané, Asami observait son enfant, revivant sa naissance comme si tous cela c’était passé hier. Le temps semblait presque s’être arrêter sur cette mère et son enfant "endormi". Ses yeux humides, déposé sur le visage seraint de son petit bout, elle souriait tendrement en l’observant, ses fins doigts venant caresser et remettre avec tendresse ses quelques mèches de cheveux noir sur le côté. Il avait légèrement les yeux en amande mais pas aux même points que ceux que possédait Asami, elle donnerait tout pour voir ses paupières s’ouvrir, regardant dans le bleu de ses irirs qu’il avait hérité de son père. Soulevant légèrement le corps de son enfant contre elle, elle pouvait sentir le cœur de son enfant battre contre sa poitrine. Fermant les yeux, les larmes d’Asami glissait avec lenteur sur son visage avant de passer à travers le corps de la jeune femme qui…Poussé par ses émotions, ne contrôlait plus très bien ses pouvoirs. Son corps devenait de temps à autres transparent pour revenir à cette allure normal et humaine. Elle berçait délicatement Daiki, ses sanglots d’il y a quelque minute c’était à présent estomper, devenant que de muette larme et en dehors de ses larmes, on aurait pu la croire parfaitement calme mais cette tristesse semblait entourré tout son être l’enfermant dans une bulle qui ne semblait n’avoir jamais effleurer le corps de la jeune femme. Sa joie de vivre habituelle se fânait au fur et à mesure que les secondes s’écoulaient, même son aura, son énergie vitale semblait tout autre, oui…Cette joie de vivre qui lui était propre s’évanouissait au fur et à mesure qu’elle écoutait ce cœur battre contre elle, qu’elle écoutait cette respiration régulière commune au sommeil…Mais elle savait…Elle savait qu’il ne s’agissait pas seulement d’une grande fatigue, elle savait qu’il ne se réveillerait pas au bout de quelques heures mais cette effroyable idée la rongeait à chaque instant, écartant légèrement le visage de Daiki, elle le regardait à nouveau, comme on regarde un ange.

Elle sentit le poid d’Alex se poser à ses côtés sur le fauteuil, elle savait qu’il allait vouloir la faire changer d’avis et elle attendait à la seconde même où il commencerait à vouloir lui rendre la raison…Mais dans un monde pareil ? Pourquoi vouloir rester raisonnable ? Dans un monde où l’on tue sans hésitation un enfant de presque quatre an pour la simple et bonne raison qu’il était capable de chose que d’autre n’en était pas encore capable ? Tuer un enfant…Devant sa mère…Et prétexter que c’est pour la protection des êtres humains…


« Asami … je comprends tout à fait ton point de vue, mais … Daiki a besoin de soins. Tu ne vas pas pouvoir le garder dans cet état. Imagine si son coma se prolonge, car oui, je pense qu’il est dans le coma et nullement en train de dormir … comment feras-tu pour le nourrir ? Il va avoir besoin qu’il lui apporte de quoi maintenir son organisme en vie. »

La tête d’Asami répétait sans cesse le même signe négatif, calme et silencieuse, ses larmes se glissait sur le visage de l’enfant et elle le gardait contre lui, plus protectrice que jamais. S’ils avaient essayer de le tuer une première fois, rien ne les empêcherait de revenir dans cette hopital pour pouvoir le tuer une seconde fois et elle ne pourra pas toujours compter sur les pouvoirs d’Alex pour ramener son enfant à la vie. Il s’agissait déjà d’un miracle…Relevant la tête, elle tourna ses yeux noisettes vers Alex.

« Ne m’y oblige pas… »

Cette remarque voulait tout simplement tout dire. S’il finissait par l’obliger, Asami serait forcée d’oublier Alex et cette simple idée tordait son cœur et le lui briserait plus qu’il ne l’était déjà en ce moment…Enfin…Si cela était encore possible.
Reposant ses iris sur son enfant, la main de la jeune japonaise se posa sur la joue de celui-ci, son pouce caressant tendrement la peau de Daiki…Un sourire plus triste encore que ne l’était ses larmes déforma le visage d’Asami.


« Que penserais-tu de le confier à des gens qui nous connaissent, qui savent ce que nous sommes ? Après tout, ils ont des spécialistes et des chercheurs là bas. Ils pourront peut-être comprendre ce qui arrive à Daiki. »

Sa tête ne se tourna que très légèrement assez pour pouvoir observer Alex du coin de ses yeux…Préférant ou plutant ayant trop de mal à quitter du regard son petit garçon.

« Je parle de Primatech … imoutosan … »

Ce simple surnom japonais « petite sœur » vint à arracher un terrible sanglot de la part d’Asami. Jamais Alex en avait entendu de pareil, jamais personne n’en avait entendu de pareil, encore moins provenant de cette japonaise. Elle repensait bêtement à son fils, à ses premières mots, à la première fois où il avait prononcé avec ses cafouillement « Okaa-san »…Maman…Elle acquiesca, réprimant ses sanglots avant une telle force et courage que cela en devenait plus déchirant.

« Nous irons… »

Gardant l’enfant dans ses bras, la japonais retira pourtant son pull, se découvrant en fin t-shirt, elle posa le pull sur Daiki, ne souhaitant pas qu’il attrappe froid dans son "sommeil". Finissant par doucement, à son tour, posé sa tête contre les genoux d’Alex. Les derniers évènements avait fatigué émotionnellement Asami…Et physiquement aussi…

« Tu dois te reposer Nii-san… »

Nii-san était l’équivalent de grand frère dans leur langue, c’est alors que doucement, Asami se mit à chanter. La raison ? Une habitude peut-être…La voix d’Asami était douce et aigu, rappellant les petites voix de petites filles innocente, le chant était lent, digne d’une berceuse mais la voix de la demoiselle aussi belle fut elle laissait passer une terrible et insoutenable tristesse…

« sayonara wo uta tte omoi koe de
tsuki akari no yoru hoho wo yosete
omoi de dake ga kanaderu uta wo
dare mo inai nohara ni oite yuku no

dareka ga aruita michi no ue ni
tomoshibi ga hitotsu shiroku nokoru
omoi wa itsuka dareka ni todoku
tooi tooki no kareta de kitto anata ni

la vita dell'amoure...
o dilette del cor mio.. »


( Pour la traduction la voici :

Spoiler:
 
)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Dumont
¤ No Future ? I can't accept it ¤
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Interprète
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Interprète à l'ONU

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Jeu 27 Nov - 3:12

Asami pleurait, ce qui en soit n’avait rien d’étonnant au regard de la situation. Pourtant, Alex fut frappé par le silence dans lequel la jeune mère souffrait. Habituellement, elle était beaucoup plus démonstrative dans l’expression de ses sentiments, tant les bons que les mauvais. Il l’avait déjà vu sangloter, pleurant à chaudes larmes. Mais là, rien de plus que des larmes coulant doucement sur ses joues de porcelaine. Pas un son, pas un sanglot. Si ce n’était les délicates gouttes glissant sur son visage, jamais on n’aurait pu croire qu’elle pleurait. Au contraire, elle semblait calme … trop calme pour le coup. Une telle retenue était généralement signe d’une profonde tristesse chez la nipponne. Puis, en cinq mots, elle posa ses conditions.

« Ne m’y oblige pas. »

Alex sut, il n’était pas utile d’insister. Elle ne changerait pas d’avis et était prête à prendre de terribles décisions s’il s’entêtait à vouloir conduire Daiki à l’hôpital. Il respecta alors la demande de son amie. Lorsqu’elle entendit le surnom que lui donnait le français depuis des années, elle laissa échapper un sanglot. Un simple mot avait suffit pour percer cette carapace qu’elle s’était construite, par la surprise qu’il avait provoquée. Imoutosan … Asami avait demandé voilà plusieurs années qu’il l’appelle ainsi, et Alex, se plaisait à ce jeu, qui finalement était devenu une marque d’amour fraternel. Mais rapidement, elle se ressaisit et se ferma de nouveau dans sa tristesse. Finalement, l a japonaise sembla accepter la proposition de son ami au sujet de Primatech. Elle enveloppa ensuite Daiki dans son pull pour le préserver du froid, c’était comme si de cette manière, elle tentait à son tour d’éloigner la Mort de son enfant. Elle faisait penser à une mère bordant son enfant avant de lui souhaiter une bonne nuit, lui promettant qu’au matin venu, elle serait toujours là pour lui, le rassurant afin qu’il passe une nuit paisible. Elle posa ensuite sa tête sur les genoux d’Alex, s’allongeant sur le canapé en serrant son fils contre elle. Ce qu’elle fit, surprit alors le jeune homme. Elle se mit à chanter d’une douce voix une berceuse en japonais qui malgré tout inspirait la peine et la douleur de la jeune femme. Le français n’en comprenait pas le sens, mais la douceur de la mélodie suffit à le détendre. Il avait eu beau essayer d’apprendre la langue maternelle d’Asami, rien n’y faisait. Pourtant, la jeune femme était très patiente et excellente pédagogue … mais Alex était un piètre élève comme il se plaisait à le dire. Finalement, la fatigue le gagnant, il finit par se laisser submerger par le sommeil, bercé par la voix de son amie. Fermant les yeux à son tour, il s’endormit.


* * *

Un soleil de fin de journée caressait la peau du visage d’Alex. L’odeur des arbres fruitiers envahissait l‘air, stimulant l’odorat des habitants de ce quartier résidentiel. Le jeune homme avait encore du mal à distinguer le décor, sa vision étant floue. Puis progressivement, il constata qu’il était assis au niveau du sol, sur une terrasse plus précisément. Des rires d’enfants lui parvenaient aux oreilles, mais encore une fois, il ne parvenait pas à en déterminer la source d’origine. Avec ces rires, un grincement métallique régulier se faisait entendre … une balançoire. Tournant la tête sur sa droite, Alex put voir d’où provenaient ces sons. Là, au milieu du jardin, se trouvait une petite fille jouant, se balançant aussi haut qu’elle le pouvait. Elle avait l’air heureux, le visage à la peau clair et aux yeux bleus cristallins, encadré d’une chevelure rousse abondante.

« Lisa, viens s’il te plait. »

Cette voix, Alex l’aurait reconnu d’entre toute. Il se tourna pour voir la personne qui venait de parler derrière lui. Ses mouvements lui semblaient atrocement ralentis. Puis, il put voir Kerry appelant sa fille, appelant leur fille, l’attendant sur le pas de la porte. Mais un bruit mat se fit entendre, attirant de nouveau l’attention du français sur l’enfant. Elle s’était effondrée, une tâche rouge maculant ses vêtements au niveau de sa poitrine. Du fond du jardin, des hommes vêtus de noir s’approchèrent, armes à feu à la main équipées de silencieux. Avant que le français n’ait le temps de faire le moindre geste, ils tirèrent sur Kerry.


* * *

« Kerry !!! »

Alex se réveilla en sursaut. Couvert de sueur et le cœur battant la chamade, il eut du mal à réaliser que ce qu’il venait de vivre n’était qu’un cauchemar et rien d’autre. Il venait simplement de faire un sombre amalgame des évènements qui avaient croisé sa vie ces derniers temps : les toiles de Gabriel, sa rencontre avec Kerry et la triste aventure d'Asami.

_________________

It was just the Beginning ...
... now, it's time to Fight !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asami Barairo

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 23/11/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Elle tiens toujours un magasin de manga et autre comic's et goodies ( et gagne toujours sa vie en rédigeant et dessinant des mangas ^^ )

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Sam 29 Nov - 20:33

Doucement c’était mis à résonnée cette comptine japonaise, la voix d’Asami s’élevant avec légèreté dans le salon du jeune homme, son enfant dans ses bras, sa tête posée sur les genoux d’Alex. Elle caressait avec une très grande tendresse les cheveux de Daiki. Vue de l’extérieur, on aurait pu difficilement deviner qu’un drame c’était jetée sur la vie d’Asami, elle semblait tout simplement chanter pour son fils endormit dans ses bras mais ses larmes venaient trahir ce tableau, silencieuse et muette larme, faisant délicatement tremblée la voix de la japonaise. La chanson n’avait en soit rien de bien joyeux et la situation s’y prêtait a merveille mais elle plaisait à son fils et celui-ci la lui demandait très souvent d’ailleurs…Cela lui semblait presqu’être un réflexe de chanter cette chanson, espérant peut-être que quelqu’un la haut l’entende, que quelqu’un la haut se décide à laisser la vie d’Asami tranquille à lui rendre son fils…Elle espérait peut-être que cette chanson finirait par le réveiller.
Mais à peine décolle-t-on…Qu’on tombe de haut…

A la fin de sa chanson, la japonaise ferma délicatement ses yeux…Ses larmes tombant sur les genoux de son meilleur ami, absober par le tissus de son pantalon…


« Daiki… »

Elle ne s’endormit pas directement, continuant inlassablement à caresser les cheveux de son enfant. Combien d’épreuve avait pu vivre Asami jusqu'à maintenant ? Le décès de sa mère, la folie de son père, les maltraitances, les moqueries des enfants, l’être humain était-il aussi cruel qu’on avait tant essayer de lui faire comprendre ? Elle n’arrivait toujours pas à y croire…Comment avait-elle pu rester aveugle autant de temps ? Son cœur s’emplissait d’un sentiment qui jusqu'à maintenant avait épargnée la demoiselle. Sa gentilesse déposait délicatement les armes, laissant place à tout autre chose, sa naïveté se taisait et se terrait dans un nouveau mutisme, ses yeux clots…Elle s’endormit, comme si ce sommeil allait lui permettre de faire naître une nouvelle vie, mais surtout…Une nouvelle Asami…

Dans ses rêves, elle revivait la naissance de Daïki, elle revoyait Caïn à ses côtés ce jour là, observait son enfant, il avait les yeux de son père et les cheveux de sa mère…Du moins, les cheveux naturelle de sa mère. Ce noir typiquement japonais…Qu’Asami avait abandonner pour un rose excentrique pour reprendre suite à la naissance de son fils sa couleur naturelle.
Elle se réveilla avant Alex, se levant avant son enfant dans les bras, elle observait son meilleur ami, déposant délicatement ses lèvres sur le front de celui-ci…Geste maternelle qu’elle avait très souvent eu envers Alex. Déposant son enfant sur le second fauteuil, elle le couvrait de son pull, se dirigeant vers la cuisine, elle ramassa au passage les débrits de tasses, les jetant dans la poubelle…Se dirigeant vers cette cuisine, elle se posa devant la vitre observant ce New New York comme Asami avait eu un jour l’imbécillité d’appellé cette nouvelle ville. Cela avait fait rire du monde bien que cela rappellait avec tristesse les évènements qu’avait vécu cette ville.
Observant la foule dehors, elle posa sa main sur la vitre…


« Celle qu’on voudrait être, celle qu’on croit être et celle qu’on est vraiment…

On connaît les deux premières mais la troisième nous est totalement inconnnue… »
Elle esquissa un petit sourire en souvenir à cette phrase qu’on lui avait un jour dite…Même elle ne savait plus qui elle était vraiment…Mais aujourd’hui, peu le lui importait, peut importait les raisons pour laquelle ces hommes avaient débarqué, peut importe les raisons pour lesquelles ils avaient tiré…


« Ils sont tous…Condamné… »

Cette phrases était dites avec une telle froideur que la voix d’Asami en semblait entièrement changé, détournant ses yeux de Central Park, elle les déposa sur son enfant, ses yeux toujours clots, sa respiration toujours régulière, il semblait tellement bien mais Asami souffrait de ce bien être qu’il laissait parraître…Elle ne le voulait pas dans cet état…Il méritait bien plus la vie que la plus part des gens qui marchaient en cet instant précis dans les grandes rues de New York.

« Kerry !!! »

Cette voix aussi déchirante soit-elle, ne fit pas sursauter Asami, son regard froid c’était déposé sur Alex, s’approchant lentement du salon, un bref instant un voile d’inquiétude se posa devant ses iris, laissant place à cette même froideur la seconde qui suivit.
Une mèche noir semblait couper son visage en deux partie…


« jinsei towa yoi mono nanoka, soretomo tada zetsubou suru tokoro nanodeshou ka »
(
Spoiler:
 
)

Bien sur, Alex ne comprendra certainement jamais cette phrase mais cela ne semblait avoir aucune importance et quand bien même il ne la comprenait pas, il pouvait aisément deviner que la tristesse d’Asami y était emplement traduite a travers cette phrase.
Posant ses yeux sur son enfant, elle le prit à nouveau délicatement dans ses bras…


« Nous n’avons pas de temps à perdre Alex… »

Cette voix était sombre, différente et pourtant, paradoxalement, elle possedait toujours ce timbre d’innocence propre à Asa-chan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Dumont
¤ No Future ? I can't accept it ¤
avatar

Nombre de messages : 82
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Interprète
Date d'inscription : 31/10/2008

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Pouvoir:
Travail: Interprète à l'ONU

MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   Lun 1 Déc - 1:13

Asami l’observa, constatant qu’il venait de faire un cauchemar. Son visage semblait figé dans une expression totalement neutre. Son regard était froid, chose inhabituelle qui perturba quelque peu le français. Elle s’adressa à lui en japonais, une phrase pleine de doute et en même temps, remplie de peine. Il allait pour lui demander de répéter, mais elle ne lui laissa pas le temps. Il resterait donc sur sa fin, ne sachant pas ce qu’elle lui avait dit. Elle saisit son enfant, toujours enroulé dans un pull, qu’elle avait déposé dans un autre fauteuil et, elle lui annonça qu’il était temps qu’ils conduisent Daiki à la compagnie. Alex se leva et se dirigea vers sa chambre. De là bas, il s’adressa à Asami tout en fouillant dans ses placards à la recherche de vêtements pour la mère et son enfant.

« Je vais vous passer de quoi vous couvrir, inutile de prendre le risque d’attraper froid. »

Il revint avec l’un de ses vieux sweet shirt, le genre de vêtements que l’on aime porter chez soi pour être décontracté. Détendu de toute part, il serait parfait pour finir de couvrir l’enfant. Pour Asami, il lui passa l’une de ses vestes. Bien sûr, elle serait trop grande pour Asami, mais permettrait au moins à la mère de ne pas être trop découverte une fois à l’extérieure. Ils prirent tous les trois un taxi, en direction des locaux de la compagnie Primatech.

Arrivé devant le bâtiment, Alex eut une sensation étrange. Cela faisait des années qu’il n’avait pas remis les pieds dans ces locaux. L’idée d’y pénétrer ne le réjouissait pas, mais il devait le faire pour aider Daiki et soutenir Asami. D’aspect extérieur, il y avait peu de changements. Toujours ces mêmes murs ternes avec de grandes fenêtres. Rien n’indiquait ce qu’était cet immeuble. En fait, si l’on ne savait pas ce qu’il s’y trouvait, il était impossible de le deviner. Alex saisit Asami par l’épaule, cette dernière portant toujours son fils endormi dans les bras.

« Très bien. Ne trainons pas. »

_________________

It was just the Beginning ...
... now, it's time to Fight !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Funeste visite [PV Asami]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Funeste visite [PV Asami]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Fabuleux Destin D'Asami Poulain
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroes - Continuum :: New-York :: Manhattan :: Appartement d'Alex Dumont-
Sauter vers: